L'énergie propre et renouvelable

Un pas en avant pour la géothermie dans le Puy de Dôme

Cela faisait quelques années que l’Auvergne cherchait à développer la géothermie dans sa région. Faute d’investisseurs, les projets ont un peu traîné, mais les autorisations ont enfin été délivrées pour lancer des échographies terrestres dans la plaine de Limagne. Ces dernières révéleront si la construction d’une centrale géothermique à cet endroit pourrait être profitable.

Le plus grand potentiel géothermique français

Il est reconnu depuis quelques années que l’Auvergne disposerait du plus grand potentiel géothermique en France. Mais les financements étaient jusque-là difficiles à trouver, les partenaires craignant les frais des recherches préliminaires ne garantissant pas l’aboutissement du projet.

Mais grâce à Geodeep, un cluster qui a lancé en 2014 une collecte de fonds destinée à garantir ce type de risques, les deux entreprises Electerre et Fonroche ont enfin pu obtenir un permis d’exploitation couvrant les zones de Riom, Clermont et Maringues.

Pour l’instant, les recherches préliminaires n’auront lieu que sur la plaine de Limagne. Trois camions vont sonder le sol grâce des ondes pour établir ensuite une cartographie précise de la plaine. Selon Bruno Carton, responsable géothermique chez Electerre, le potentiel géothermique à cet endroit pourrait être deux fois supérieur à la moyenne, soit le plus gros potentiel français.

Une production locale à destination locale

La centrale, qui pourrait produire jusqu’à cinq mégawatts par heure, servirait à alimenter les serres agricoles ainsi que les industries locales, et compléter l’apport thermique nécessaire au chauffage des habitants de la région en cas de besoin.

Le coût d’un tel projet s’élèverait à soixante millions d’euros, travaux préliminaires, forages et construction de la centrale confondus, couverts principalement par des fonds privés. Ce n’est qu’une fois les études exploratoires réalisées que l’entreprise de la centrale pourra être validée. La mise en fonction est prévue pour 2020.

Une géothermie profonde

Si le projet abouti, la plaine de Limagne deviendra terre d’accueil d’une géothermie profonde consistant en deux forages : le premier pompe l’eau chaude sous terre, le deuxième la renvoie une fois la chaleur captée et transformée dans la centrale grâce à des échangeurs thermiques.

L’eau arrivant à presque 200 degrés chauffe un second liquide qui se gazéifie pour alimenter des turbines générant de l’électricité. Celle-ci peut ainsi rejoindre directement le réseau électrique local.

D’autres projets de géothermie sont en discussion dans le Puy-de-Dôme, dont Chaudes-Aigues et Sancy. Reste à voir si les prévisions sont avérées. Rendez-vous fin mars pour la cartographie géothermique de la Limagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *