En Inde, quelles priorités avant une transition au vert ?

enfants indiens acces puits d'eau potable
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Pinterest

Lorsqu’on s’intéresse aux réalités de pays à l’autre bout du monde, il peut être surprenant de constater les évolutions à deux vitesses qui s’y font. L’Inde, par exemple, apparaît pour certains comme un pays en fort développement, impliqués dans de nombreuses questions environnementales. Développer des énergies durables, alors, semble être un point d’intérêt pour ce pays. Avant cela, pourtant, il lui faut d’abord ajuster le déséquilibre quant à l’accès aux énergies. 

L’accès à l’eau assainie compliqué en Inde

C’est une réalité qui motive le travail de diverses associations et de multiples organismes dans le monde. L’Inde est un pays de taille conséquente, à la population nombreuse, et qui subit malheureusement de réelles inégalités. Ces dernières incluent notamment l’accès à l’eau potable, ce qui est considéré comme la norme dans certains pays. D’après les chiffres de l’UNICEF, pourtant, 25 % des enfants en Inde ne peuvent accéder à une source d’eau potable tous les jours.

Afin d’aider à améliorer la situation, des associations telles que Kynarou s’investissent en Inde, comme ailleurs, pour concevoir et développer des accès durables à l’eau. Des systèmes d’assainissement, par exemple, doivent être réfléchis et mis en place dans le pays. Selon les régions, en prime, toutes les villes et les zones n’ont pas la même facilité d’accès à des sources d’eau. Le programme WASH de l’UNICEF, en partenariat avec le gouvernement indien, participe également à améliorer cette situation. 

Pollution et manque d’infrastructure d’assainissement : l’Inde fragilisée

Pour beaucoup, il est alors compliqué d’envisager sereinement la transition énergétique du pays tant que ces questions prioritaires n’auront pas été traitées. Le développement d’un réseau d’assainissement de l’eau effectif en Inde, pourtant, permettrait aussi d’améliorer, entre autres, une partie des problèmes de pollution. C’est le cas dans la ville de Bangalore, notamment. Cette dernière était tant polluée que le tribunal national d’écologie a dû sanctionner la ville en 2018.

A lire aussi :   De plus en plus de Français investissent dans les énergies renouvelables

Bangalore possède de grands lacs qui ont été totalement pollués par un manque d’infrastructure. Ils n’étaient pas en mesure de traiter et assainir les eaux utilisées à un rythme suffisant. Elles se trouvaient alors déversées dans les lacs, entraînant parfois une telle contamination que ces derniers se sont enflammés. Au-delà des dommages environnementaux, cette tragédie a aussi un impact sur les résidents directement. Les plus pauvres, en effet, consomment cette eau polluée et souffrent de problèmes de santé.

Des atouts verts à développer pour la transition énergétique indienne

Loin de se démotiver ou de se laisser aller à la fatalité, les associations comme les organismes locaux redoublent d’efforts pour changer la situation. À Bangalore, par exemple, entre les architectes, les groupes citoyens et les scientifiques, les résidents sont très attentifs au développement d’un meilleur réseau. À ce jour, seuls 900 millions des 1,8 milliard de litres d’eau utilisés sont traités. Par conséquent, il est primordial d’améliorer le système d’assainissement de la ville. Un meilleur fonctionnement permettrait de nettoyer l’eau des lacs. Cela permettrait, surtout, d’utiliser cette eau traitée et recyclée. 

L’Inde, après tout, s’ouvre de plus en plus sur la question de l’énergie renouvelable. Avec la croissance économique importante du pays, ce dernier devra forcément se mettre à jour pour pouvoir fournir suffisamment d’énergies. Le recours au renouvelable, alors, est une opportunité en réflexion. Si, à ce stade, l’Inde mise principalement sur les énergies solaires et éoliennes, les plans gouvernementaux incluent tout autant l’énergie hydraulique.

Difficile, pourtant, de réserver une partie des ressources en eau du pays à cette transition tant qu’un accès juste n’aura pas été garanti sur le territoire. C’est un développement qui doit donc se faire en parallèle des solutions mises en place pour améliorer la situation sur le territoire. Dans un futur proche, l’Inde pourrait ainsi être parmi les plus attrayants sur la question des énergies renouvelables. 

A lire aussi :   Energie verte : changez de contrat pour une consommation éco-responsable